Menu
High-End Experiential Travel in New Zealand

Terre d’abondance

Un article de Mavis Teo dans le Prestige Magazine de Singapour

Terre d’abondance

Depuis qu’elle a découvert la Nouvelle-Zélande il y a quelques années, Mavis Teo est revenue plusieurs fois.  Une chose à laquelle elle a vraiment pris goût c’est la culture de chasseur-cueilleur de Nouvelle-Zélande, et son dernier article complet, merveilleusement bien écrit comme d’habitude peut se retrouver ici.   Il se concentre sur le temps qu’elle a passé dans la région de Kaikoura, que nous avons organisé pour elle avec notre excellent associé Chris Sturgeon de Hapuku Lodge.  L’article figure dans le Prestige Magazine de ce mois-ci à Singapour. 

Cette collecte de nourriture sauvage est un aspect du pays proche du cœur de beaucoup de locaux, mais qui n’atteint pas souvent le monde virtuel comme quelque chose d’essentiel.  Peut-être parce que c’est plus difficile d’y accéder que ce dont on parle en général.

Quand les Néo-Zélandais ont des vacances, ils se dirigent vers la mer, les lacs, les rivières et les montagnes.  Bien sûr, certains se concentrent sur l’adrénaline, d’autres sur les paysages, d’autres sur la relaxation.  Mais bon nombre d’entre eux se concentrent sur la nourriture.  La nourriture sauvage.  La collecter, la préparer, la cuisiner et la manger.  Cela peut être sous forme de coquillages, de poissons de mer (attrapés avec une ligne, un filet, un fusil harpon ou à la main), des plantes comestibles (demandez à Tom Loughlin à propos du cresson d’eau, du piko piko, etc.), et de viande : porc, chèvre, chevreuil, chamois, tahr, lapin, lièvre, canard.

L’un de nos principaux focus, en rapprochant les voyageurs de la Nouvelle-Zélande, est d’offrir des expériences autour de ces activités basées sur la nourriture.  Tout juste la semaine dernière. je parlais de courants et de méthodes de cuisson dans un stand de blanchailles sur la côte Ouest.  Parmi les locaux que nous avons rencontrés là-bas, il y avait un homme qui avait détenu et géré notre meilleure entreprise de restauration de cuisine sauvage, qui fournissait de la nourriture délicieuse à un certain nombre d’équipes de superproduction de Hollywood de son époque.  Je garde ses conseils secrets.  Mais cela montre l’étendue des talents que nous pouvons découvrir lorsque nous passons dans un camp de pêche isolé de la côte Ouest sauvage. 

Quelques semaines avant cela, j’étais dans le Northland, en train de déguster de délicieuses huîtres.  Ensuite, j’ai eu la bonne chance de me retrouver avec Harvey Hutton sur la côte Ouest sauvage de l’Île du Sud, à nouveau pour des écrevisses et des titis (puffins fuligineux).

La collecte et la cuisson de la nourriture sauvage se fait dans un certain contexte culturel.   les endroits sont souvent sauvages et magnifiques.  Les gens sont souvent pareils !  Mais cela ne surprendra personne, pour les gens qui ont déjà voyagé, que la gastronomie locale est souvent au cœur d’une culture.  Et lorsqu’elle est relativement facile à trouver dans un endroit aussi beau que la Nouvelle-Zélande, alors toute l’expérience peut être tellement plus que ce qu’Internet vous indique.

Comments

post a comment

More from this section

Cérémonie maorie de bienvenue sur le Mount Titiraupenga

Cérémonie maorie de bienvenue sur le Mount Titiraupenga

Nous croyons à la réalité et à l’authenticité.  Par exemple, plus de 95 % des supports sur notre site Internet ont été réalisés par nous.  Pas aussi joli ni économique qu’un... > Read more

La dernière bonne affaire de luxe sur la planète

La dernière bonne affaire de luxe sur la planète

Est-ce que le voyage sur mesure est assez valorisé et récompensé pour survivre dans un monde où le client estime qu’il a droit à un costume sur mesure.  À quel prix ?  Une... > Read more